2021-2022 Mener la recherche

    Janvier 2022

« Habitat et habiter à l’aune du temps qui passe  » Webinaire, 31 janvier

Lors d’un premier webinaire, « Entraide, autonomie, vieillesses » en avril 2021, nous nous étions intéressé.es aux mots, à ce qu’ils nous disent et ce qu’ils nous cachent, en explorant les notions d’entraide, d’autonomie et de vieillesse. Ce deuxième webinaire « Habitat et habiter à l’aune du temps qui passe » poursuit cette exploration à partir du questionnement:

Comment les vieillissements (ré)interrogent-ils les habitats rêvés ou vécus dans le temps, les lieux et les groupes? Comment  les pratiques et les usages (autonomie, entraide, voisinages, rapport au quartier…) s’ajustent-ils aux processus de vieillissement?

Vous étiez près de 70 personnes à nous suivre. Certain.es d’entre vous  réfléchissant avec nous au travers de vos commentaires, d’autres nous posant des questions, ou d’autres encore nous encourageant par leurs réactions positives, dans le chat. Soyez en toutes et tous remercié.es

LogoRapsodiaSsSignature

Une recherche action participative dans le champ de l’habiter et du vieillir
Introduction

Camille DEVAUX, aménagement urbanisme UMR CNRS ESO Université Caen Normandie

nous rappelle « qu’habiter ce n’est pas seulement disposer d’un toit, habiter un lieu, c’est exister prendre sa place dans la société ». Jusqu’où et comment les  nouvelles manières d’habiter dans les vieillesses, qui font le pari de l’entraide et du collectif, entre liberté et sécurité, tout en respectant le chez soi, peuvent elles contribuer à ce que les vieilles et les vieux soient des citoyen.nes à part entière? C’est bien là le propos de la recherche action participative, jusque dans sa méthode même, basée sur la participation active, en son sein, des personnes concernées, en vue de construire avec  elles des solutions concrètes.

Diaporama de la présentation ICI

Les contributions

Annabelle MOREL-BROCHET, géographe, UMR CNRS ESO Université d’Angers, « Quand le vieillissement interroge les lieux et la gouvernance d’un habitat intergénérationnel »                          Diaporama de la présentation ICI

Marina Casula, IDETCOM- Université Toulouse 1, « L’épreuve du grand vieillissement dans un habitat participatif : entre stratégies ad hoc et impensés à lever » 

Diaporama de la présentation ICI

Camille PICARD, Lab-Urba-Paris Est, « De l’habitat partagé au projet de quartier: l’histoire d’une négociation entre aspirations individuelles et collectives »                                                                    Diaporama de la présentation ICI                                                                                                                                                             

La table ronde

« Entre l’habitat rêvé et l’habitat éprouvé, quels ajustements? », table ronde animée par Camille TOLDRE, responsable de projets à l’ANSA. Autour de la table, pour répondre aux questions:

Catherine DEVAUX et Jacques LONGAVESNE, membres de l’ association BVGM, Rouen

L’association  « Bien vivre et bien vieillir à la Grand Mare » est née de la volonté d’un groupe d’habitant.es de rester dans leur

Grand'Mare-Résidence et jardin

Grand’Mare-Résidence et jardin

quartier, d’y vivre et d’y vieillir. Un lieu solidaire a été imaginé, qui est concrétisé aujourd’hui par la Résidence «Les quatre saisons » et son jardin partagé attenant. Tous les membres du groupe ont contribué, pour certain.es activement, à la réalisation de ces deux projets,cependant, pour des raisons propres à chacun.e, aujourd’hui aucun.e d’entre elles.eux n’habite la Résidence.

Contribution Catherine Devaux

Contribution Jacques  Longavesne

 Dominique ROSIER, La Maison de la Diversité, Paris

Maison de la diversitéLa Maison de la Diversité est un projet d’habitat pour seniors LGBT porté par l’association Les Audacieuses & Les Audacieux, d’envergure nationale, maison dont la moitié des adhérent.es résident en Île de Frane . Des réflexions, des travaux, sont menés depuis plusieurs années avec un groupe de personnes habitant à Paris, mais c’est à Lyon que la première Maison de la Diversité verra le jour.

Ginette PONDARASSE et Françoise D’ODORICO, La Maison d’Isis, Montauban

La Maison d’Isis, est un projet d’habitat participatif de femmes senior à Montauban, qui a été créé en 2016 dans l’objectif de vivre jusqu’au bout chez soi en pratiquant l’entraide et la solidarité. Depuis 2016, le projet chemine, mais ne s’est pas encore concrétisé, malgré plusieurs tentatives, notamment avec un bailleur social.

Geneviève BESNARD et Dominique PODER, Habitat Différent, Angers

Habitat différent

Habitat Différent

Habitat Différent, habitat participatif créé en 1987, composé aujourd’hui de 17 foyers dont 6 sont des familles avec des enfants, et dont 13 habitant.es ont plus de 60 ans (8 foyers). Un groupe de travail de 4 à 6 personnes à la retraite ou approchant l’âge de la retraite s’est formé, Habitat Décadent, pour réfléchir le vieillissement dans Habitat Différent.

Mise en discussion des contributions

Claire CARRIOU, urbaniste-Université Paris Nanterre, membre du Conseil scientifique de RAPSoDIÂ

Intervention Claire Carriou

Jean-Luc CHARLOT, sociologue, coordinateur du réseau GIHP, Groupement pour l’Insertion des personnes Handicapées Physiques.

Intervention Jean-Luc Charlot

Débat, réponses aux questions du Chat

Anne Labit répond à vos questions sur la sous représentation des hommes dans les projets d’habitats innovants dans les vieillesses, ainsi qu’à vos  interrogations sur ce que recouvrent les termes: habitat partagé, groupé, inclusif, participatif…

Éclaircissements Anne Labit

Pour aller plus loin, des lectures:

Habiter en citoyenneté et solidarité pour mieux vieillir    L’auteure propose, dans cet article,  une typologie des formes d’habitat citoyen et solidaire et tente un premier bilan de leurs  avantages et  limites.

  • Jean Luc Charlot: « Petit dictionnaire [critique] de l’habitat inclusif »-L’Harmattan-2019 ICI
  • Claire Carriou: Commun et habitat. Quelques réflexions à partir de deux expériences « d’habitat participatif »
  • Bernard Ennuyer: Individu-et-société, le lien social en question.

 

 

Juin 2021

RAPSoDIÂ, séminaire : méthodologie d’une Recherche Action Participative, mardi 29 Juin 2021

Nous avons choisi de tenir ce séminaire en interne, nous avons encore besoin d’échanger nos points de vue, d’avancer collectivement dans la réflexion, de bien comprendre ce que produit le « chemin faisant » de la recherche avant de partager nos étonnements, interrogations et constats avec un plus large public. Cela afin de documenter au mieux l’ensemble des méthodes que nous appliquons au sein de RAPSoDIÂ.

Déroulé du séminaire

Contributions des chercheur.es RAPSoDIÂ

>>>RAP : KEZACO?

Anne Labit , sociologue – Université d’Orléans-UMR CITERES.

Où se situe RAPSoDIÂ par rapport aux différents courants de Recherche Action Participative? Quelles finalités? Quelle participation? Quelles méthodes? Ou, notre questionnement du « grand partage entre chercheurs et acteurs » (Yves Bonny-2014). Pour consulter la présentation cliquez ICI

>>>Histoire d’une RAP qui n’a pas encore de nom, mise en récit des origines de RAPSoDiÂ

Annie Le Roux, coprésidente de Hal’âge

« Je vais vous parler de la période qui va de janvier à septembre 2019. Elle correspond à l’écriture du cahier des charges et de sa traduction opérationnelle. Cette période précède la RAP qui débute officiellement le 20 septembre 2019. J’ai appelé ma présentation “ Préhistoire d’une RAP qui n’a pas encore de nom”, c’est un point de vue.

Ce point de vue je l’ai développé à partir de ma perception de cette période, j’y étais. Mais ce que j’ai vécu j’ai pu le confronter à la réalité des comptes-rendus rédigés par Camille Toldre * après chaque rencontre consacrée à la rédaction du cahier des charges. J’y ai largement puisé, ces ressources m’ont été précieuses. Camille, je te remercie. Il était une fois »...ICI la suite du  texte d’accompagnement du PPT de présentation ICI .

*Camille est chargée de mission pour notre partenaire l’ANSA

>>>État des lieux méthodologiques

Léo Touzet, sociologue – ARSEAA

Rappel des faits et principes méthodologiques de RAPSoDIÂ et des outils mobilisés.

« RAPSoDi c’est: 6 terrains, Angers, Montauban, Paris, Rouen, Saint Jean de Braye, Toulouse.

61 participant-e-s, dont 44 chercheur.es de terrain, habitant-e-s ou futur-e-s habitant-e-s; 8 chercheur.es membres de l’association Hal’âge; 9 chercheur.es universitaires (ou académiques); 4 stagiaires (étudiant-es), 1 facilitatrice professionnelle jusqu’en mai 2021. Quid des conditions de mobilisation et des modalités de participation ? » …Présentation PPT ICI

>>> RAPAsWeGo, la RAP en train de se faire,une innovation méthodologique

Bénédicte Guyot, Elisabeth Evrard-Piat, Françoise Gaudibert, Pascale Bourgeaiseau, Annie le Roux, chercheures Hal’âge. Lisa Buchter, chercheure académique.

Deuxième KEZAKO de la matinée, qu’est-ce que RAPAsWeGo ? C’est un “groupe-laboratoire” au sein de RAPSoDIÂ. Nous avons choisi de vous le présenter en vous livrant des textes bruts (une même question / 6 réponses), avec nos singularités, à 6 voix de femmes (parlant de nous, quand vous entendrez le mot chercheure, sachez qu’il s’écrit avec un e…) L’une d’entre nous sera présente uniquement par un enregistrement et chaque voix portera le texte d’une autre et y compris pour la seule chercheure académique présente dans le groupe.

En 5 lignes, qu’est-ce que RAPAsWeGo pour vous ? Pour en savoir plus cliquez ICI

 

 

Mise en discussion, interventions des chercheur.es du Comité scientifique de RAPSoDIÂ

Claire Carriou (urbaniste – Université Paris Nanterre)

Marcel Jaeger (sociologue – Conservatoire national des Arts et métiers)

Dominique Argoud (sociologue – Université Paris Est Créteil) Débat avec l’ensemble de l’assistance (questions directes)

 

 

Avril 2021

RAPSoDIÂ: « Autonomie, Entraide, Vieillesses ». Séminaire/webinaire le 8 avril 2021,de 9h 30 à 12h 30

En s’appuyant sur les premiers résultats collectés, des chercheur.es de RAPSoDI  se proposent d’éclairer la problématique: « Penser l’autonomie par l’entraide. Jusqu’où? ». Ce séminaire , dans un premier temps, explorera les notions mêmes d’entraide, d’autonomie et des vieillesses, et présentera  des éclairages en lien avec la recherche qui se déroule actuellement sur les terrains de RAPSoDI :

Vivre et vieillir ensemble dans la diversité : quel projet commun pour les Audacieuses et les Audacieux ? Anne Labit, sociologue. Université d’Orléans. Romain Vacquier. Doctorant-Université Paris-Dauphine, PSL.

Entraide et solidarité dans l’habitat : l’intergénérationnel à la croisée des chemins. Les 4 Vents à Toulouse et Habitat différent à Angers. Marina Casula, sociologue, Université Toulouse 1. Camille Devaux, aménagement, urbanisme Université de Caen

Rendre visible ce qui n’est invisible que d’être trop à la surface”, ou comment rendre lisibles les rapports de genre au sein de la recherche action participative RAPSoDIÂ. Lisa Buchter, sociologue EM Lyon Business School. Mina Guinchard, Master 2 Université Toulouse , Genre et politiques sociales

Dans un deuxième temps, ces éclairages seront soumis au regard de trois des membres du Comité Scientifique de RAPSoDIÂ :

  • Isabelle Puech, sociologue, elle a crée et dirige l’observatoire des emplois et de la famille de la FEdération des Particuliers EMployeurs), qui conduit des études et recherches sur l’emploi à domicile;
  • Ulrike Petersen, politologue, gérontologue , coordinatrice de projets d’habitats, à STATTBAU, guichet unique  « Vieillir dans son quartier », ville de Hambourg. Elle habite un habitat participatif intergénérationnel depuis plus de trente ans;
  • Bernard Ennuyer, ancien directeur d’un service de maintien à domicile,  sociologue,  rattaché au laboratoire de recherche d’éthique appliquée de l’université Paris Descartes. Il travaille sur les représentations de la vieillesse, l’autonomie, les politiques publiques et le grand vieillissement.

avant que le débat ne s’élargisse à l’ensemble des participant.es et  de clore le séminaire par l’intervention de Dominique Argoud, qui nous partagera les réflexions que lui auront inspirés ces échanges.

  • Dominique Argoud,  sociologue à l’Université Paris-Est Créteil, Président du Conseil scientifique de la CNSA. Il  s’ intéresse plus particulièrement, dans le cadre de son travail sur l’autonomie et le vieillissement,  aux nouvelles pratiques à l’œuvre dans le champ des nouvelles formes d’habitat dans les vieillesses.
Vous trouverez le programme détaillé ICI
Nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire à l’adresse webinaire en cliquant sur le lien ci-dessous, l’inscription est gratuite.

Lien webinaire

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux !

Fondation du domicileLogoDefHalAgeDef2

Logo-ANSA-Header(1)

 

 « Autonomie, entraide, vieillesses » retour sur le webinaire du 8 avril 2021

Vous étiez nombreuses et nombreux, près d’une centaine,  à assister au webinaire « Autonomie, entraide, vieillesses », proposé par Hal’âge dans le cadre de la recherche action participative RAPSoDIÂ. Ce moment de partage enrichissant, accompagné et suivi de vos réactions positives,  nous conforte dans notre démarche, nous vous en remercions.

Cet article vous présente une première restitution de cet événement. Restitution qui est appelée à évoluer, en effet nous voulons la compléter par des extraits filmés et/ou audios des différentes interventions. C’est un travail qui est en construction, il vous faudra attendre un peu pour le voir , merci pour votre compréhension.

LogoRapsodiaSsSignatureUne recherche action participative dans le champ de l’habiter et du vieillir
Introduction par Elisabeth Evrard-Piat, membre de Hal’âge.

Qui parle ?
Ce qui va suivre n’est pas issu d’un travail scientifique ni formulé selon les standards de la recherche académique. Ce sont les interrogations d’une femme qui trouve dans l’Association Hal’âge un lieu où exprimer et faire résonner/raisonner ses propres questionnements sur la façon d’être « vivante jusqu’à la mort » selon l’expression de P Ricoeur,  et ce, en les partageant avec d’autres qui souhaitent, elles aussi « mourir vivantes ».

Commencer en m’autorisant quelques arrangements :
– je parlerai plutôt du vieillir que de la vieillesse ; penser un processus plutôt qu’un état.
– je procéderai en partageant mes nuages de mots : j’ai pris chacun des termes de la réflexion du jour Vieillir, autonomie, entraide et ai noté ce que chacun évoque, spontanément, en vrac. Derrière chaque mot d’autres mots arrivent, se précisent les uns les autres, se contredisent parfois, se nuancent. Une pluralité de sens à agencer, des complexités à articuler, des questionnements à faire émerger, ce sera une manière d’introduction …..

    Pour continuer la lecture, cliquez ICI

Cliquez sur les images pour les agrandir.

LesrondsdÉlisabeth_htm_ae3e73fbcad8b6d8

LesrondsdÉlisabeth_htm_fc1ab5aa42732950 2 LesrondsdÉlisabeth_htm_1be81fd7537a9a0f

Les contributions

>>Entraide et solidarité dans l’habitat : l’intergénérationnel à la croisée des chemins. Les 4 Vents à Toulouse et Habitat différent à Angers.

Marina Casula (IDETCOM, Université de Toulouse 1 Capitole)

Camille Devaux (ESO, Université Caen Normandie)

Synthèse de l’intervention ICI

>>Vivre et vieillir ensemble dans la diversité : quel projet commun pour les Audacieuses et les Audacieux ?
Romain Vacquier (Université Paris Dauphine)

Anne Labit (Université Orléans)

Synthèse de l’intervention ICI

>>Rendre visible ce qui n’est invisible que d’être trop à la surface”, ou comment rendre lisibles les rapports de genre au sein de la recherche action participative RAPSoDIÂ.

Lisa Buchter (EMS Lyon)

Mina Guinchard (Master 2, Université Toulouse, Genre et politiques sociales)

Synthèse de l’intervention  ICI

Réactions de Isabelle Puech et Ulrike Petersen membres du COSCIE:

Intervention de Isabelle Puech ICI

Intervention de Ulrike Petersen ICI

Bernard Ennuyer se réjouit de  la richesse des matériaux et invite à se
saisir d’autres prismes de questionnements comme la classe sociale, les systèmes de valeurs …