LogoDefHalAgeDef2

 

 

 

  • Développe et soutient les démarches d’innovation sociale* au croisement de l’habiter et du vieillir.

Et pour ce faire :

  • propose des ressources, des outils et des espaces de rencontre/échange d’expériences aux porteurs de projets innovants, citoyens et solidaires.

L’innovation sociale est une réponse nouvelle à des besoins sociaux non satisfaits, qui implique les personnes concernées, notamment les habitant.e.s, et des acteurs institutionnels et/ou professionnels dans un travail collaboratif

Montage4_EnTeteSite

 

Actualités/Infos     Actualités/Infos      Actualités/Infos

« Habitat et habiter à l’aune du temps qui passe », retour sur le webinaire du 31 janvier 2022

Lors d’un premier webinaire, « Entraide, autonomie, vieillesses » en avril 2021, nous nous étions intéressé.es aux mots, à ce qu’ils nous disent et ce qu’ils nous cachent, en explorant les notions d’entraide, d’autonomie et de vieillesse. Ce deuxième webinaire « Habitat et habiter à l’aune du temps qui passe » poursuit cette exploration à partir du questionnement:

Comment les vieillissements (ré)interrogent-ils les habitats rêvés ou vécus dans le temps, les lieux et les groupes? Comment  les pratiques et les usages (autonomie, entraide, voisinages, rapport au quartier…) s’ajustent-ils aux processus de vieillissement?

Vous étiez près de 70 personnes à nous suivre. Certain.es d’entre vous  réfléchissant avec nous au travers de vos commentaires, d’autres nous posant des questions, ou d’autres encore nous encourageant par leurs réactions positives, dans le chat. Soyez en toutes et tous remercié.es

LogoRapsodiaSsSignature

Une recherche action participative dans le champ de l’habiter et du vieillir
Introduction

Camille DEVAUX, aménagement urbanisme UMR CNRS ESO Université Caen Normandie

nous rappelle « qu’habiter ce n’est pas seulement disposer d’un toit, habiter un lieu, c’est exister prendre sa place dans la société ». Jusqu’où et comment les  nouvelles manières d’habiter dans les vieillesses, qui font le pari de l’entraide et du collectif, entre liberté et sécurité, tout en respectant le chez soi, peuvent elles contribuer à ce que les vieilles et les vieux soient des citoyen.nes à part entière? C’est bien là le propos de la recherche action participative, jusque dans sa méthode même, basée sur la participation active, en son sein, des personnes concernées, en vue de construire avec  elles des solutions concrètes.

Diaporama de la présentation ICI

Les contributions

Annabelle MOREL-BROCHET, géographe, UMR CNRS ESO Université d’Angers, « Quand le vieillissement interroge les lieux et la gouvernance d’un habitat intergénérationnel »                          Diaporama de la présentation ICI

Retranscription de la présentation ICI

Marina Casula, IDETCOM- Université Toulouse 1, « L’épreuve du grand vieillissement dans un habitat participatif : entre stratégies ad hoc et impensés à lever »                                                               Diaporama de la présentation ICI

Retranscription de la présentation ICI

Camille PICARD, Lab-Urba-Paris Est, « De l’habitat partagé au projet de quartier: l’histoire d’une négociation entre aspirations individuelles et collectives »                                                                    Diaporama de la présentation ICI         

Retranscription de la présentation ICI                                                                                                                                                   

La table ronde

« Entre l’habitat rêvé et l’habitat éprouvé, quels ajustements? », table ronde animée par Camille TOLDRE, responsable de projets à l’ANSA. Autour de la table, pour répondre aux questions:

Catherine DEVAUX et Jacques LONGAVESNE, membres de l’ association BVGM, Rouen

L’association  « Bien vivre et bien vieillir à la Grand Mare » est née de la volonté d’un groupe d’habitant.es de rester dans leur

Grand'Mare-Résidence et jardin

Grand’Mare-Résidence et jardin

quartier, d’y vivre et d’y vieillir. Un lieu solidaire a été imaginé, qui est concrétisé aujourd’hui par la Résidence «Les quatre saisons » et son jardin partagé attenant. Tous les membres du groupe ont contribué, pour certain.es activement, à la réalisation de ces deux projets,cependant, pour des raisons propres à chacun.e, aujourd’hui aucun.e d’entre elles.eux n’habite la Résidence.

Contribution Catherine Devaux

Contribution Jacques  Longavesne

 

 Dominique ROSIER, La Maison de la Diversité, Paris

Maison de la diversitéLa Maison de la Diversité est un projet d’habitat pour seniors LGBT porté par l’association Les Audacieuses & Les Audacieux, d’envergure nationale, maison dont la moitié des adhérent.es résident en Île de Frane . Des réflexions, des travaux, sont menés depuis plusieurs années avec un groupe de personnes habitant à Paris, mais c’est à Lyon que la première Maison de la Diversité verra le jour.

Contribution Dominique Rosier

 

Ginette PONDARASSE et Françoise D’ODORICO, La Maison d’Isis, Montauban

La Maison d’Isis, est un projet d’habitat participatif de femmes senior à Montauban, qui a été créé en 2016 dans l’objectif de vivre jusqu’au bout chez soi en pratiquant l’entraide et la solidarité. Depuis 2016, le projet chemine, mais ne s’est pas encore concrétisé, malgré plusieurs tentatives, notamment avec un bailleur social.

Contribution Ginette Pondarasse, Françoise D’odorico

Geneviève BESNARD et Dominique PODER, Habitat Différent, Angers

Habitat différent

Habitat Différent

Habitat Différent, habitat participatif créé en 1987, composé aujourd’hui de 17 foyers dont 6 sont des familles avec des enfants, et dont 13 habitant.es ont plus de 60 ans (8 foyers). Un groupe de travail de 4 à 6 personnes à la retraite ou approchant l’âge de la retraite s’est formé, Habitat Décadent, pour réfléchir le vieillissement dans Habitat Différent.

Contribution Dominique Poder, Geneviève Besnard

Mise en discussion des contributions

Claire CARRIOU, urbaniste-Université Paris Nanterre, membre du Conseil scientifique de RAPSoDIÂ

Intervention Claire Carriou

Jean-Luc CHARLOT, sociologue, coordinateur du réseau GIHP, Groupement pour l’Insertion des personnes Handicapées Physiques, membre du Conseil scientifique de RAPSoDIÂ.

Intervention Jean-Luc Charlot

Débat, réponses aux questions du Chat

Anne Labit répond à vos questions sur la sous représentation des hommes dans les projets d’habitats innovants dans les vieillesses, ainsi qu’à vos  interrogations sur ce que recouvrent les termes: habitat partagé, groupé, inclusif, participatif…

Éclaircissements Anne Labit

Pour aller plus loin, des lectures:

Habiter en citoyenneté et solidarité pour mieux vieillir    L’auteure propose, dans cet article,  une typologie des formes d’habitat citoyen et solidaire et tente un premier bilan de leurs  avantages et  limites.

  • Jean Luc Charlot: « Petit dictionnaire [critique] de l’habitat inclusif »-L’Harmattan-2019 ICI
  • Claire Carriou: Commun et habitat. Quelques réflexions à partir de deux expériences « d’habitat participatif »
  • Bernard Ennuyer: Individu-et-société, le lien social en question.

#RIENPOURLESVIEUXSANSLESVIEUX.

invitation cartoucherie

le Conseil National autoproclamé de la Vieillesse est un mouvement citoyen à l’initiative de Véronique Fournier (La Vie Vieille), Nicolas Foureur (Vieux et chez soi), Eric Favereau (VIF-Vieux inégaux et fous) et Francis Carrier (GreyPRIDE). Appel ICI

A la suite d’un article paru dans le monde le 28 décembre ICI, une quarantaine de personnes, personnalités et anonymes, a rejoint cette initiative qui a l’intention »de maintenir cet élan et de le transformer en un mouvement beaucoup plus large pour peser sur les politiques concernant la vieillesse, dans le respect de notre mantra :#RIENPOURLESVIEUXSANSLESVIEUX. Des groupes de travail sont déjà à l’œuvre pour élaborer un cadre de propositions que nous transmettrons aux différents candidats à l’élection présidentielle. Mais nos actions ne s’arrêteront pas là et nous ferons en sorte que vous puissiez tous participer, associations ou individus, à la construction d’un avenir qui nous concerne tous et toutes ». (l’équipe du CNaV)

Nous, Hal’âge, soutenons cette initiative, vous tiendrons au courant de ses actions et avancées et encourageons vivement nos adhérent.es à participer aux groupes de travail, rassemblements et autres événements proposés par le conseil.

————————————————-

     Manifeste du CNaV

La plupart d’entre nous, sont déjà vieux, voire très vieux. D’autres sont beaucoup plus jeunes et même encore très jeunes. A tous, nous souhaitons qu’ils puissent vivre vieux eux aussi un jour.

A condition que la vieillesse soit autant que possible une opportunité pour chacun, à égalité, de vivre de la façon la plus heureuse possible. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Les vieux que nous sommes, ainsi que ceux qui nous précèdent, sont trop souvent laissés sur le bord de la route, sortis du monde qui avance, parfois même enfermés, en tout cas considérés avec condescendance, comme des citoyens de seconde zone, peu respectés dans leurs droits et leur identité propre.2b43bc3_800030727-colca

La société change, les vieux aussi, ainsi que leurs attentes. Cela n’est plus possible que rien ne soit fait pour en tenir compte. Nous voulons continuer d’être membres actifs de la société, y avoir une place, un rôle, une voix. Autant que tout autre citoyen. Nous voulons que l’on tienne compte de notre aspiration à vieillir dans la continuité de nous-mêmes, de notre identité, de notre histoire.  La suite  ICI 

Revue de presse: ICI                          

Twitter (@cnav_demain), Facebook (@Cnav.demain).

 

 

« Vous trouverez ICI le compte-rendu de la soirée fondatrice du CNaV qui a eu lieu comme prévu au théâtre du Soleil chez Ariane Mnouchkine le 14 février dernier.

Vous verrez dans ce compte-rendu que nous avons ouvert plein de questions sur l’avenir de notre mouvement, sans y répondre encore vraiment. Pour l’instant, la première étape que nous nous étions fixée est désormais accomplie: écrire aux candidats à la présidence de la république pour revendiquer la création d’un CCNPV. La lettre est partie en fin de semaine dernière dans tous les QG de campagne. » L’équipe du CNaV

RAPSoDiÂ: « Habitat et habiter à l’aune du temps qui passe » séminaire/webinaire, 31 janvier 2022 de 9h 30 à 12h 30.Inscriptions en ligne

Ce troisième séminaire de RAPSoDIÂ se propose de poursuivre l’exploration des notions d’entraide, d’autonomie et de vieillissement sous l’angle de l’habitat et des modes d’habiter  en posant les questions: .

« Comment les vieillissements (ré)interrogent-ils les habitats rêvés ou vécus dans le temps, les lieux et les groupes? Comment  les pratiques et les usages (autonomie, entraide, voisinages, rapport au quartier…) s’ajustent-ils aux processus de vieillissement?

les contributions
  • Quand le vieillissement interroge les lieux et la gouvernance d’un habitat intergénérationnel.    Annabelle Morel-Brochet (géographie – Université d’Angers – UMR CNRS ESO)
    L’épreuve du grand vieillissement dans un habitat participatif : entre stratégies ad hoc et impensés à lever.  Marina Casula (sociologie – Université Toulouse 1 Capitole – IDET-COM)
  • De l’habitat partagé au projet de quartier : l’histoire d’une négociation entre aspirations individuelles et collectives  Camille Picard (aménagement urbanisme – Université Paris Est – Lab’Urba)
« Ajustements entre l’habiter rêvé et l’habiter éprouvé »  Table ronde des chercheur.es de terrain, animée par Camille Toldre
Mise en discussion des contributions par les membres du COSCIE Claire Cariou, Jean Luc Charlot et Andrée Dohmen

Année 2021- Retour sur les activités de Hal’âge

>>>>24 Avril  Assemblée générale

Cette AG  aura réuni  17 adhérent.es de Hal’âge, pour un échange à distance entre Nantes, Toulouse, Montauban, Montpellier, Nice, Bruxelles, Paris, Caen, Rennes et Brest.    .

Un moment de rencontre apprécié et bienvenu, malgré la  distance et la courte durée(2h30), lièes à la crise de la Covid 19, les moments d’échanges et de réflexion commune auront été au rendez-vous.

Après avoir pris des nouvelles des un.es et des autres, l’AG statutaire, consacrée aux exercices des années 2019 et 2020 est ouverte par la présentation des rapports moral ICI et d’activités ICI des années 2019 /2020 par Annie Le Roux et Pascale Bourgeaiseeau, co-présidentes . Marylène Briand et Bernard Jouandin, co-trésorier.e présentent le rapport financier ICI.

AG1                                                                                                 Approbation du bilan d’activités

>>>>20 Mai, »Vieillir Vivant! »

Vieillir vivant!

 

intervention à la table ronde:  « Mythes et réalités de l’habitat intergénérationnel« , webinaire dans le cadre de la recherche action « Vieillir Vivant.es » impulsée par l’association « Carton plein »  de St. Etienne, et soutenue par la CNASA.

Lien vers le webinaire ICI

 

 

 

>>>>28 juin Rezé,  projection du film « Les voisins heureux »,

soirée organisée par La Maison de l’habitant au cinéma « La Bonne Garde ».

Intervention lors de la table ronde précédent le débat. Pour voir le film relatant l’expérience de l’habitat participatif intergénérationnel « Toitmoinous » à Villeneuve d’Asq, cliquez ICI

>>>>Juillet, participation aux 6° Rencontres nationales de l’habitat participatif à Lyon

Voir article suivant ou cliquez ICI

>>>>Nantes

Depuis le printemps 2021, l’association Hal’âge participe au lab Habitat Inclusif piloté par les Ecossolies à Nantes et financé par Malakoff Humanis.

Les Ecossolies, pôle Nantais d’économie sociale et solidaire a lancé un laboratoire de réflexion « Habitat inclusif » financé par Malakoff Humanis, constitué par les associations et institutions  médico-sociales qui portent des projets d’habitat inclusif accompagné. Les associations nantaises de l’habitat participatif ,ainsi que les partenaires locaux institutionnels bailleurs sociaux, Conseil départemental, Nantes métropole, y sont également conviées. L’association Hal’âge, elle, apporte sa spécificité: la prise prendre en compte des besoins et aspirations des groupes de vieilles et de vieux qui s’engagent pour des habitats citoyen et solidaire conçus et réalisés avec leur participation.

L’objectif du projet est de soutenir le développement de l’offre d’habitat inclusif dans  la Loire-Atlantique via l’animation d’un « labo » :

  • fédérer les acteurs de la filière;

  • soutenir l’émergence de coopérations et de solutions collectives;

  • valoriser l’offre existante auprès du public cible.

Le 29 septembre, une journée de travail nous a permis d’organiser  la journée de l’habitat inclusif à destination des élus et techniciens ainsi que les porteurs de projets qui se tiendra fin 21/début 2O22. Affaire à suivre….

>>>>Paris

Affiche paris

Vous vous demandez avec qui , comment et où habiter dans la vieillesse?

Vous voulez en savoir plus sur notre association, nos activités, nos projets?

Vous avez des projets et aimeriez en parler?

Vous avez envie de nous rejoindre, de travailler avec nous?

Rendez vous le 29 octobre à la Maison de la vie associative et de la citoyenneté du 10° arrondissement, 206 Quai de Valmy à Paris.

L’association y tiendra une permanence tous les deux mois de 10h à 13h

 

 

 

Hal’âge à la 6EME édition des Rencontres Nationales de l’Habitat participatif à Lyon, juillet 2021

RetourRNHP2021_RNHP2021_20210806142127_20210806142205

La 6ème édition des RNHP (Rencontres nationales de l’habitat participatif) s’est tenue en Juillet à Lyon et proposait de réfléchir autour de la thématique générale des « Communs ». Les temps forts ICI,

La plénière d’ouverture, après un mot d’accueil de la Métropole de Lyon, a introduit le concept des « Communs » brillamment illustré par une intervention de Patrick Bouchain, architecte et urbaniste, alors que l’après-midi de clôture offrait à Olivier Hamant chercheur à l’Institut Michel Serres, l’opportunité de nous livrer une exceptionnelle conférence intitulée « S’inspirer du vivant pour imaginer l’habitat du 21ème siècle ». Intervention ICI

Ces RNHP ont également fait la part belle à la thématique « Seniors et inclusif », car pas moins d’une table ronde et 7 ateliers se sont tenus en deux jours. Habitat participatif France Vidéos plénières et tables rondes ICI

Un atelier proposé par Hal’âge et Toits d’Union « Chez soi jusqu’au bout de la vie. Quelle part d’inclusif dans l’habitat participatif, de participatif dans l’habitat inclusif ? »

Après avoir visionné quelques minutes du documentaire de Véronique Garcia : « Mes vieux jours avec vous », les participant.es ont

  • entendu des témoignages

Marie Claire Galland, membre de Toits d’union: « Quel serait mon habitat participatif idéal? »;

Louis Marie Saglio, habitant du PAsSAGE, habitat autogéré grenoblois depuis 1995: « Nous vieillirons ensemble au PAsSAGE »;

Pascale Bourgeaiseau, habitante de la coopérative d’habitant.es Abricoop : « Soirée débat sur la mort au sein du collectif abricopain ».

Pour lire les témoignages, cliquez ICI

 

  • avant de participer à un débat mouvant très riche
Débat mouvant 3

Discussion

débat mouvant 1

Les volontaires

 

Question 1

Énoncé 1

 

Un petit groupe de volontaires était invité à se positionner sur 4 énoncés. Énoncés et divers positionnements ICI

  • suivi par une intervention qui faisait état de quelques observations déjà collectées par la recherche RAPSoDIÂ.
pascale

Pascale Bourgeaiseau, coprésidente de Hal’âge

Intervention de Pascale Bourgeaiseau

« Nous menons depuis bientôt 2 ans une recherche action participative sur le thème suivant : 

« Penser l’autonomie par l’entraide. Jusqu’où ? »

Cette recherche s’appelle RAPSoDIÂ -Recherche Action Participative Solidarité Innovation dans l’Âge-. Elle est financée par la Fondation du Domicile qui réfléchit au domicile de demain et accompagnée par l’ANSA ,l’Agence Nouvelle des Solidarités Active qui travaille sur les innovations sociales pour les plus précaires.

Elle se terminera dans 1 an et bien que nous approchions de la fin de la période de collecte de données, c’est toujours un travail en cours et nous ne pouvons pas encore avancer des résultats. On peut cependant faire d’ores et déjà des observations; »

La suite ICI

 

 

Enfin, pour clôturer ce moment, des mots évoquant « l’habitat idéal de ses vieux jours » étaient collectés auprès des participant.es. Ils ont inspiré une fresque réalisée par Valérie Simoncelli, illustratrice graphique..

fresque

 

 

 

RAPSoDIÂ, juillet 2021, rencontre rue Rosa Bonheur à Mainvilliers. Les Audacieux.ses en visite chez Tépatouseul

La semaine dernière une partie de l’équipe RAPSoDIÂ a eu la chance de visiter l’habitat participatif Tépatouseul, et de rencontrer trois de ses habitant∙e∙s, Anne-Marie, Lucette et Paulette. C’est lors d’une belle journée ensoleillée que Anne Labit, Stéphane Sauvé, Danielle Dreyfus et Mina Guinchard s’aventurent à Mainvilliers, petite ville de 12 000 habitants située dans l’agglomération de Chartres. Nous sommes accueilli∙e∙s par Paulette qui vient nous chercher en voiture à la gare. La discussion s’engage rapidement, et nous arrivons sur place pour le repas de midi.

Tépatouseul c’est quoi ?

tépatouseulC’est un long bâtiment de plain-pied, aux normes PMR et labellisé très haute performance énergétique, composé de cinq lots. Sur ces cinq lots, quatre sont des appartements individuels, avec deux chambres, une salle d’eau, deux WC et une grande pièce à vivre lumineuse donnant sur un petit jardin privatif clôturé, donnant lui-même sur le jardin partagé. Le cinquième lot est un appartement mutualisé, dans lequel nous déjeunerons tous∙tes ensemble. Il comporte une chambre d’ami∙e et une salle d’eau, que les proches des habitant∙e∙s peuvent occuper lorsqu’iels leur rendent visite. D’autres espaces communs viennent compléter le bâtiment : une buanderie et un parking à voiture couvert, un jardin partagé entourant le tout.

Visite tépatouseul

De gauche à droite, Anne, Danièle, Anne-Marie, Lucette, Paulette et Mina

Cette rencontre avec trois des cinq habitant∙e∙s de Tépatouseul sera l’occasion d’aborder de nombreux thèmes en rapport avec les sujets qu’explorent Hal’âge et RAPSoDIÂ. La présence de Stéphane Sauvé, porteur du futur habitat inclusif pour senior∙e∙s LGBT+ , la Maison de la Diversité, et de Danielle Dreyfus, membre et co-présidente de l’association Les Audacieux∙euses, un collectif de personnes concernées et engagées sur ces problématiques, permettra de faire le lien avec des questions qu’iels rencontrent elleux-même depuis la création du projet et l’entrée dans RAPSoDIÂ.

C’est avec plaisir et bienveillance que nous avons pu échanger sur la genèse de Tépatouseul, un des projets d’habitat participatif les plus rapides de France, puisqu’il n’aura nécessité que quatre ans pour que Paulette, Lucette et Anne-Marie s’installent. Tépatouseul n’est pas un projet intergénérationnel, Anne-Marie l’initiatrice du projet cherchait avec ce projet à construire une alternative aux maisons de retraite et aux EHPAD. Nous avons discuté de la question du vieillissement et de la fin de vie, car elles veulent toutes trois rester jusqu’au bout dans Tépatouseul, faisant écho au sujet porté par RAPSoDIÂ.

Les habitantes rencontrées envisagent toutes trois de faire face à la perte d’autonomie grâce à l’entraide et la solidarité naturelles qu’elles construisent depuis 2017. Elles se considèrent comme des « frangines » et espèrent pouvoir prendre soin les unes des autres le plus longtemps possible.

Désormais bien inséré dans le quartier, Tépatouseul nous montre encore une fois que lorsque des personnes concernées se saisissent des questions du vieillissement et de l’habitat dans la vieillesse, des solutions alternatives et innovantes, mais surtout concrètes, sont inventées.

 

Pour en savoir plus sur les Audacieux.ses, cliquez ICI. Sur Tépatouseul cliquez ICI

Mina Guinchard

« Autonomie, entraide, vieillesses » retour sur le webinaire du 8 avril 2021

Vous étiez nombreuses et nombreux, près d’une centaine,  à assister au webinaire « Autonomie, entraide, vieillesses », proposé par Hal’âge dans le cadre de la recherche action participative RAPSoDIÂ. Ce moment de partage enrichissant, accompagné et suivi de vos réactions positives,  nous conforte dans notre démarche, nous vous en remercions.

Cet article vous présente une première restitution de cet événement. Restitution qui est appelée à évoluer, en effet nous voulons la compléter par des extraits filmés et/ou audios des différentes interventions. C’est un travail qui est en construction, il vous faudra attendre un peu pour le voir , merci pour votre compréhension.

LogoRapsodiaSsSignatureUne recherche action participative dans le champ de l’habiter et du vieillir

 

Introduction par Elisabeth Evrard-Piat, membre de Hal’âge.

Qui parle ?
Ce qui va suivre n’est pas issu d’un travail scientifique ni formulé selon les standards de la recherche académique. Ce sont les interrogations d’une femme qui trouve dans l’Association Hal’âge un lieu où exprimer et faire résonner/raisonner ses propres questionnements sur la façon d’être « vivante jusqu’à la mort » selon l’expression de P Ricoeur,  et ce, en les partageant avec d’autres qui souhaitent, elles aussi « mourir vivantes ».

 

Commencer en m’autorisant quelques arrangements :
– je parlerai plutôt du vieillir que de la vieillesse ; penser un processus plutôt qu’un état.
– je procéderai en partageant mes nuages de mots : j’ai pris chacun des termes de la réflexion du jour Vieillir, autonomie, entraide et ai noté ce que chacun évoque, spontanément, en vrac. Derrière chaque mot d’autres mots arrivent, se précisent les uns les autres, se contredisent parfois, se nuancent. Une pluralité de sens à agencer, des complexités à articuler, des questionnements à faire émerger, ce sera une manière d’introduction …..

    Pour continuer la lecture, cliquez ICI

Cliquez sur les images pour les agrandir.

LesrondsdÉlisabeth_htm_ae3e73fbcad8b6d8

LesrondsdÉlisabeth_htm_fc1ab5aa42732950 2 LesrondsdÉlisabeth_htm_1be81fd7537a9a0f

 

 

 

 

 

 

Les contributions

>>Entraide et solidarité dans l’habitat : l’intergénérationnel à la croisée des chemins. Les 4 Vents à Toulouse et Habitat différent à Angers.

Marina Casula (IDETCOM, Université de Toulouse 1 Capitole)

Camille Devaux (ESO, Université Caen Normandie)

Synthèse de l’intervention ICI

>>Vivre et vieillir ensemble dans la diversité : quel projet commun pour les Audacieuses et les Audacieux ?
Romain Vacquier (Université Paris Dauphine)

Anne Labit (Université Orléans)

Synthèse de l’intervention ICI

>>Rendre visible ce qui n’est invisible que d’être trop à la surface”, ou comment rendre lisibles les rapports de genre au sein de la recherche action participative RAPSoDIÂ.

Lisa Buchter (EMS Lyon)

Mina Guinchard (Master 2, Université Toulouse, Genre et politiques sociales)

Synthèse de l’intervention  ICI

 

Réactions de Isabelle Puech et Ulrike Petersen membres du COSCIE:

Intervention de Isabelle Puech ICI

Intervention de Ulrike Petersen ICI

 

 

Voir et revoir: « Mes vieux jours avec vous » documentaire suivi d’un débat.

Un documentaire de Véronique Garcia

« Vieillir, entrer dans le troisième, puis le quatrième âge. Où ? Avec quels moyens et conditions ? Ce documentaire de Véronique Garcia nous invite à partir à la rencontre de personnes qui ont choisi de vivre ensemble dans des projets d’habitats participatifs et solidaires…

De Grenoble à Chartres, en passant par Toulouse, Rouen, Montauban et Lyon, le film nous emmène à la rencontre de femmes du 3ème et 4ème âge, engagées dans des coopératives d’habitants, des appartements regroupés à services partagés, des initiatives développées à l’échelle de leurs quartiers, des installations d’habitats participatifs en milieu rural, et des projets inter-générationnels. » (extrait du dossier de presse)

Bande annonce youtube : ICI

Un débat,  « Bien vieillir ensemble »

Anne Labit, sociologue à l’Université d’Orléans et l’IUT de l’Indre et spécialisée dans les nouvelles formes d’habitat participatif et solidaire.

Lucien Jahier, habitant du hameau partagé à St Jean de Braye (Loiret). Il a pris part dès le début en 2013 à un projet intergénérationnel.

François Xavier Turbet-Delof, directeur adjoint des établissements chez les Petits Frères des Pauvres.

animé par Eloïse Bruzat 

Des liens pour regarder film et débat

Documentaire et débat ICI

Débat ICI

RAPSoDIÂ: « Autonomie, Entraide, Vieillesses ». Séminaire/webinaire le 8 avril 2021,de 9h 30 à 12h 30, inscriptions en ligne.

LogoRapsodiaSsSignature

 

 

En s’appuyant sur les premiers résultats collectés, des chercheur.es de RAPSoDI  se proposent d’éclairer la problématique: « Penser l’autonomie par l’entraide. Jusqu’où? ». Ce séminaire , dans un premier temps, explorera les notions mêmes d’entraide, d’autonomie et des vieillesses, et présentera  des éclairages en lien avec la recherche qui se déroule actuellement sur les terrains de RAPSoDI :

Vivre et vieillir ensemble dans la diversité : quel projet commun pour les Audacieuses et les Audacieux ? Anne Labit, sociologue. Université d’Orléans. Romain Vacquier. Doctorant-Université Paris-Dauphine, PSL.

Entraide et solidarité dans l’habitat : l’intergénérationnel à la croisée des chemins. Les 4 Vents à Toulouse et Habitat différent à Angers. Marina Casula, sociologue, Université Toulouse 1. Camille Devaux, aménagement, urbanisme Université de Caen

Rendre visible ce qui n’est invisible que d’être trop à la surface”, ou comment rendre lisibles les rapports de genre au sein de la recherche action participative RAPSoDIÂ. Lisa Buchter, sociologue EM Lyon Business School. Mina Guinchard, Master 2 Université Toulouse , Genre et politiques sociales

Dans un deuxième temps, ces éclairages seront soumis au regard de trois des membres du Comité Scientifique de RAPSoDIÂ :

  • Isabelle Puech, sociologue, elle a crée et dirige l’observatoire des emplois et de la famille de la FEdération des Particuliers EMployeurs), qui conduit des études et recherches sur l’emploi à domicile;
  • Ulrike Petersen, politologue, gérontologue , coordinatrice de projets d’habitats, à STATTBAU, guichet unique  « Vieillir dans son quartier », ville de Hambourg. Elle habite un habitat participatif intergénérationnel depuis plus de trente ans;
  • Bernard Ennuyer, ancien directeur d’un service de maintien à domicile,  sociologue,  rattaché au laboratoire de recherche d’éthique appliquée de l’université Paris Descartes. Il travaille sur les représentations de la vieillesse, l’autonomie, les politiques publiques et le grand vieillissement.

avant que le débat ne s’élargisse à l’ensemble des participant.es et  de clore le séminaire par l’intervention de Dominique Argoud, qui nous partagera les réflexions que lui auront inspirés ces échanges.

  • Dominique Argoud,  sociologue à l’Université Paris-Est Créteil, Président du Conseil scientifique de la CNSA. Il  s’ intéresse plus particulièrement, dans le cadre de son travail sur l’autonomie et le vieillissement,  aux nouvelles pratiques à l’œuvre dans le champ des nouvelles formes d’habitat dans les vieillesses.
Vous trouverez le programme détaillé ICI
Nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire à l’adresse webinaire en cliquant sur le lien ci-dessous, l’inscription est gratuite.

Lien webinaire

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux !

 

 

Fondation du domicileLogoDefHalAgeDef2

Logo-ANSA-Header(1)

Les vieilles et les vieux au Japon

Soleil rouge vif
impitoyable et déjà
le vent de l’automne

Bashô Matsuo

Dans le langage des haïku6, le vent évoque l’éphémère et l’automne la vieillesse…

Les vieilles et les vieux au Japon

Au Japon, la structure sociale se modifie depuis les dernières décennies et le système traditionnel des 3 générations sous le même toit disparaît au profit de foyers d’une seule personne. L’isolement est un problème majeur chez les + de 65 ans qui seront 1/3 de la population d’ici 2025. « Des décès solitaires sont fréquents et la société japonaise s’émeut de ces personnes que l’on retrouve (trop) longtemps après leur mort… »

À la différence de la France, au Japon la vieillesse n’est pas un tabou. On en parle, on l’affirme. « J’ai visité un immeuble pour seniors où l’âge des résidents est inscrit dans le hall ! » Les retraités japonais sont très actifs, c’est-à-dire qu’ils continuent à travailler et prennent des « jobs (pas des emplois) » ou s’investissent dans des associations. « On peut voir des retraités faire la circulation aux abords de zones de travaux dans les villes. »

Les politiques publiques produisent de plus en plus de lois et de réglementations. Mais la note est salée1. Il existe une assurance vieillesse depuis 20002 mais les réseaux d’entraide et de solidarité citoyens sont encouragés et beaucoup de structures ont un financement semi-public, semi-privé.

« Il y a moins d’habitats alternatifs ou innovants au Japon, l’Europe est un terrain d’observation pour les japonais. Si des résidences seniors sont nombreuses, les habitats intergénérationnels le sont peu. »

Le maintien à domicile est pensé plutôt à l’échelle de la communauté, du quartier. Camille fait alors référence au système de « surveillance communautaire fondé sur le voisinage et basé sur des groupes de 5 familles pendant le shogunat au 17° siècle » qui pourrait revêtir une forme plus contemporaine et moins « contrôlante ».

La dimension urbanistique semble peu présente dans la réflexion inspirant les politiques publiques au regard du vieillissement de la population.

On pourrait imaginer que le Japon, avec sa population vieillissante si nombreuse devrait être, dans les années à venir, un laboratoire particulièrement pertinent à observer.

la toilette et le bain au JaponDes personnes âgées au Japon et de leur pratique du bain, il en est question dans l’article que nous livre Camille Picard sur le site de Leroy Merlin Source.

1 Le Japon est le pays le plus endetté au monde. La dette publique pourrait atteindre 260% du PIB en 2021. (Agence Fitch Ratings source Les Échos)

6 Genre poétique japonais visant à célébrer l’évanescence des choses dont la paternité est attribuée à Bashô Matsuo