RAPSoDiÂ: « Habitat et habiter à l’aune du temps qui passe » séminaire/webinaire, 31 janvier 2022 de 9h 30 à 12h 30.Inscriptions en ligne

Ce troisième séminaire de RAPSoDIÂ se propose de poursuivre l’exploration des notions d’entraide, d’autonomie et de vieillissement sous l’angle de l’habitat et des modes d’habiter  en posant les questions: .

« Comment les vieillissements (ré)interrogent-ils les habitats rêvés ou vécus dans le temps, les lieux et les groupes? Comment  les pratiques et les usages (autonomie, entraide, voisinages, rapport au quartier…) s’ajustent-ils aux processus de vieillissement?

les contributions
  • Quand le vieillissement interroge les lieux et la gouvernance d’un habitat intergénérationnel.    Annabelle Morel-Brochet (géographie – Université d’Angers – UMR CNRS ESO)
    L’épreuve du grand vieillissement dans un habitat participatif : entre stratégies ad hoc et impensés à lever.  Marina Casula (sociologie – Université Toulouse 1 Capitole – IDET-COM)
  • De l’habitat partagé au projet de quartier : l’histoire d’une négociation entre aspirations individuelles et collectives  Camille Picard (aménagement urbanisme – Université Paris Est – Lab’Urba)
« Ajustements entre l’habiter rêvé et l’habiter éprouvé »  Table ronde des chercheur.es de terrain, animée par Camille Toldre
Mise en discussion des contributions par les membres du COSCIE Claire Cariou, Jean Luc Charlot et Andrée Dohmen
Vous trouverez le programme détaillé ICI
Nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire à l’adresse webinaire en cliquant sur le lien ci-dessous, l’inscription est gratuite.

Pour vous inscrire cliquez ICI

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux !

 

 

Fondation du domicileLogoDefHalAgeDef2

Logo-ANSA-Header(1)

RAPSoDIÂ, portrait d’une chercheure

Camille Picard : de la France au Japon

De fil en aiguille…

Portrait réalisé par Pascale Bourgeaiseau

Enfant, elle voulait être vétérinaire ou styliste. Puis, il y eut la période bibliothécaire et comme pour beaucoup, les choix se font de fil en aiguille.

De ses années dans un lycée international où elle débute l’apprentissage du japonais, lui vient l’envie de poursuivre par une licence Relations Internationales spécialité Japon à l’INALCO. « Mais j’ai commencé à avoir de sérieux Photo_CamillePdoutes sur ce que j’allais faire après ! ». Un article sur une maison vieille de plus de 100 ans au Japon (fait rarissime1) la fait s’intéresser à l’architecture et à l’urbanisme. Elle décide alors d’intégrer un master 1 en urbanisme et aménagement.

Très proche de ses grands-parents, c’est « tout naturellement » qu’elle étudie les questions de l’adaptation des politiques de l’habitat menées au Japon face au vieillissement de la population. Son master 2 l’amène sur les sujets de l’accessibilité en France dans le même contexte.

Doctorante en deuxième année, ses travaux de recherche portent sur « la prise en compte du vieillissement de la population dans les politiques du logement au Japon et en France et ses conséquences sur la conception spatiale et fonctionnelle de l’habitat. »

Une thèse sur la prise en compte du vieillissement, comparaison France/Japon

Au printemps 2019, en tout début de thèse, elle part au Japon, conduit des entretiens avec des personnes âgées, visite des lieux de résidence. Entrer dans le vif du sujet, si tôt, seule et à 10 000 km de ses soutiens universitaires a été plutôt déstabilisant pour elle mais « j’y retournerai quand la situation le permettra … »

Aujourd’hui, ce travail souvent solitaire, rythmé par les lectures et les écrits, lui convient bien par nature ! Elle se sent très libre, appuyée et respectée par son directeur de thèse, elle mène ses travaux en toute indépendance. Ils sont actuellement, consacrés à la création d’un « outil » méthodologique qui va lui permettre de comparer la France et le Japon, « … car c’est très compliqué de comparer ces deux pays. J’avais besoin d’une sorte de langage commun. Vieillir n’a pas le même sens dans ces deux pays… Vieillir est beaucoup plus accepté au Japon. Il y a même une fête nationale spécialement consacrée aux personnes âgées ! »

Pour continuer la lecture cliquez ICI

et/ou ICI   télécharger le document

Et pour aller plus loin sur son sujet de thèse, un bref tableau de la situation au Japon dans l’article ci-dessous…

Les vieilles et les vieux au Japon

Soleil rouge vif
impitoyable et déjà
le vent de l’automne

Bashô Matsuo

Dans le langage des haïku6, le vent évoque l’éphémère et l’automne la vieillesse…

Les vieilles et les vieux au Japon

Au Japon, la structure sociale se modifie depuis les dernières décennies et le système traditionnel des 3 générations sous le même toit disparaît au profit de foyers d’une seule personne. L’isolement est un problème majeur chez les + de 65 ans qui seront 1/3 de la population d’ici 2025. « Des décès solitaires sont fréquents et la société japonaise s’émeut de ces personnes que l’on retrouve (trop) longtemps après leur mort… »vieille Japon

À la différence de la France, au Japon la vieillesse n’est pas un tabou. On en parle, on l’affirme. « J’ai visité un immeuble pour seniors où l’âge des résidents est inscrit dans le hall ! » Les retraités japonais sont très actifs, c’est-à-dire qu’ils continuent à travailler et prennent des « jobs (pas des emplois) » ou s’investissent dans des associations. « On peut voir des retraités faire la circulation aux abords de zones de travaux dans les villes. »

Les politiques publiques produisent de plus en plus de lois et de réglementations. Mais la note est salée1. Il existe une assurance vieillesse depuis 20002 mais les réseaux d’entraide et de solidarité citoyens sont encouragés et beaucoup de structures ont un financement semi-public, semi-privé.

« Il y a moins d’habitats alternatifs ou innovants au Japon, l’Europe est un terrain d’observation pour les japonais. Si des résidences seniors sont nombreuses, les habitats intergénérationnels le sont peu. »

Le maintien à domicile est pensé plutôt à l’échelle de la communauté, du quartier. Camille fait alors référence au système de « surveillance communautaire fondé sur le voisinage et basé sur des groupes de 5 familles pendant le shogunat au 17° siècle » qui pourrait revêtir une forme plus contemporaine et moins « contrôlante ».

La dimension urbanistique semble peu présente dans la réflexion inspirant les politiques publiques au regard du vieillissement de la population.

On pourrait imaginer que le Japon, avec sa population vieillissante si nombreuse devrait être, dans les années à venir, un laboratoire particulièrement pertinent à observer.

la toilette et le bain au JaponDes personnes âgées au Japon et de leur pratique du bain, il en est question dans l’article que nous livre Camille Picard sur le site de Leroy Merlin Source.

1 Le Japon est le pays le plus endetté au monde. La dette publique pourrait atteindre 260% du PIB en 2021. (Agence Fitch Ratings source Les Échos)

6 Genre poétique japonais visant à célébrer l’évanescence des choses dont la paternité est attribuée à Bashô Matsuo

Année 2020, retour sur les activités de Hal’âge

Si le confinement a marqué un ralentissement de nos activités, il a été l’occasion de nous retrouver à distance, d’enrichir notre réflexion et de comprendre l’importance vitale d’un maillage territorial facilitant l’entraide et favorable à l’autodétermination des personnes vieillissantes. Dès l’automne 2020, c’est avec une grande satisfaction que nos relais locaux ont pu relancer la dynamique associative en participant à des événements sur les sujets de l’habiter et du vieillir innovant et solidaire :

  • Albi septembre

la pause café

Hal’âge a été sollicitée dans le cadre d’un module de formation , inter-Écoles dédié au thème « Parcours d’habitat ». Ce module réunit une dizaine d’étudiantes et d’étudiants en formation d’Assistant de Services Sociaux (ASS) ou d’Éducateur Spécialisé (ES) au sein de l’Institut du travail social Érasme, de l’Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale Occitanie de la Croix-Rouge et de l’Institut Saint-Simon de l’Arseaa.

Ce fut l’occasion pour ces jeunes adultes d’entendre des témoignages de parcours d’habitants et d’habitantes innovants et aussi de découvrir des pratiques de gouvernance qui les ont surpris et semble-t-il particulièrement intéressé.e.s ! Une belle expérience de rencontre intergénérationnelle…

  • Paris septembre

Ecole française de Yoga

C’est la deuxième année consécutive que H’al’âge intervient à la demande de l’Ecole Française de Yoga, auprès d’un groupe de senior.es. Un petit nombre de participantes, situation sanitaire oblige, cependant, des femmes très intéressées et curieuses, se sont informées sur l’association Hal’âge, la recherche-action-participative RAPSoDIÂ et le projet KŌYŌ ICI. Les questions furent nombreuses et les échanges passionnés.

 

 

  • Nantes les 8 et 9 octobre

photo réunion maison de l'habitant

>Le 8 octobre, nous étions invitées par « La maison de l’habitant.e » qui dans le cadre de la semaine bleue organisait une rencontre sur le thème « habitat participatif et vieillissement ». Compte tenu de la crise sanitaire 20 personnes étaient autorisées. 19 femmes et 1 homme… cela confirme bien la préoccupation des femmes sur ce sujet. Après avoir diffusé le film de notre voyage en Allemagne, expliqué l’activité de Hal’âge sur la recherche action RAPSODIA les différents groupes projets nantais, (Un’île, ICEO, maison multiple) ont présenté leur projet et profité de cette rencontre pour « recruter » des candidat.es .

Tou.tes avancent l’importance accordée à l’entraide et la solidarité dans leur projets respectifs tout en manifestant un besoin de concrétiser et/où d’aller plus loin dans la réflexion. Malheureusement, nous avons eu trop peu de temps pour l’échange. C’est pourquoi, en collaboration avec  la Maison de l’Habitant, nous avons prévu des ateliers abordant ce thème sous différentes facettes pour le 2ème semestre 2021.

A l’issue de cette présentation plusieurs personnes, très intéressées, nous ont contacté.es. Certaines ont adhéré à l’association.

Maison de l'habitant 2

 

Le 9 octobre, l’association tenait une permanence à La Maison de l’Habitant,  un rendez vous désormais mensuel.

Prochaines permanences:

  • Le 1er février 2021 de 14h30 à 16h30
  • le 8 mars 2021 de 14h30 à 16h30

12, rue du Président Herriot-Nantes

 

 

 

 

 

 

  • Brest, les 9 octobre et 17 novembre

Beaj Kafe

> le 9 octobre,  participation à l’échange organisé par La cabane des lien au Béaj Kafé à l’issu de la table ronde sur « L’habitat entre seniors et étudiants ».

> le 17 novembre, pour la troisième année consécutive, intervention au cours de Edith Gaillard, sociologue, UBO Brest: « Utilité sociale et engagements” dans le cadre de l’Unité d’enseignement “Vieillesses et vieillissements ».

Présentation de Hal’âge et RAPSoDIÂ, lors d’un cours en visio-conférence. Les étudiantes montrent beaucoup d’intérêt pour les formes alternatives d’habiter dans les vieillesses, l’engagement associatif et les représentations sociales de la vieillesse.

A cela vient s’ajouter notre participation aux rencontres Régionales de l’Habitat Participatif en Occitanie. Voir article ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *